Thaïlande : Tourisme responsable dans les tribus du nord ?

Il y a beaucoup d’idées reçues sur les communautés des tribus du nord de la Thaïlande. Comment découvrir ces cultures de manière responsable ? Même si les guides SoGuide sont des acteurs du tourisme responsable et sauront où vous emmenez pour que vous viviez une expérience authentique, retrouvez ici les choses à faire et à ne pas faire pour visiter les villages des tribus du nord de la Thaïlande.

1. Quand éviter de visiter une communauté de tribu de colline en Thaïlande

Une règle de base est que si vous payez un billet pour aller dans un village de minorité ethnique afin d’observer les gens, comme s’il s’agissait d’un zoo, alors vous n’êtes pas au bon endroit.

Cela est particulièrement le cas concernant le peuple « Kayan », plus connu sous le nom de Long Neck Hill Tribe. Les femmes de cette tribue portent souvent des colliers-spirales autour du cou afin d’allonger leur colonne vertébrale.

Le peuple Kayan n’est pas indigène à la Thaïlande. Originaire du Myanmar, ils ont migré vers la Thaïlande à cause des troubles dans leur pays. Malheureusement, à ce jour, en raison de la nature exotique de leur apparence, ils sont exploités dans l’industrie du tourisme et nous ne déconseillons à quiconque de payer pour leur rendre visite.

Pour des raisons de visa, beaucoup de membres de la minorité ethnique ne peuvent pas quitter la Thaïlande ni même la région où ils vivent. Ils ne reçoivent qu’un revenu minime des touristes qui viennent dans leur village et achètent leurs produits artisanaux. Leur situation est terriblement précaire et on vous conseille de passer votre chemin pour ne pas encourager ces pratiques.

tourisme responsable tribu nord thailande long neck

2. Quand peut-on visiter une tribu en Thaïlande ?

Il est possible de visiter des communautés de tribus quand cela profite directement aux villages locaux et quand c’est à leurs conditions. Ce n’est que comme ça qu’on peut parler de tourisme responsable.

Lorsque les touristes visitent le village d’une minorité ethnique, comme le village de la tribu Hmong à Doi Pui, juste à l’extérieur de Chiang Mai. Une grande partie du revenu quotidien des villageois provient des touristes qui achètent des objets d’art, des vêtements en argent et de l’artisanat faits maison.

Évidemment, le tourisme profite aux communautés locales mais seulement lorsqu’il est bien fait. Beaucoup de communautés des tribus des collines vivent avec très peu d’argent et pratiquent une agriculture de subsistance pour survivre. Par conséquent, elles sont heureuses de recevoir la visite de touristes, qui achètent leur artisanat, viennent découvrir leur culture, viennent dormir chez elles et de les soutenir d’une manière qui leur profite directement.

Toutefois, n’oubliez pas que l’on ne peut pas attendre trop en retour. Si vous dormez chez l’habitant pour la nuit, ne vous attendez jamais à ce que la famille soit votre hôte pour la nuit. Elles sont heureuses de laisser les étrangers dormir chez elles et de découvrir leur culture, de faire l’expérience de la vie de village et de toucher un revenu supplémentaire, mais ce n’est pas une maison d’hôtes, votre guide SoGuide avec qui vous faites votre trek a le devoir d’être votre hôte.

Enfin, n’oubliez jamais que la culture et le mode de vie sont très différents des vôtres. Ce qui vous semble inamical ou inhabituel ne l’est probablement pas pour eux. Nous devons toujours y aller avec le cœur et l’esprit ouverts, c’est le plus important avant de rencontrer ces peuples.

Faites confiance à SoGuide et partez faire un trek avec nos guides locaux

Découvrez tous nos autres conseils pour un tourisme responsable