Journal de confinement : Bali et Cuba

Plus de 3 milliards de personnes sont aujourd’hui confinées sur la planète, nous avons décidé de créer un Journal de Confinement de nos guides à travers le monde. Chaque semaine, retrouvez plusieurs interviews de nos guides confinés, une bonne manière de prendre le pouls de la situation à travers le monde.

Après les témoignages de nos guides au Brésil, Népal, Ouzbékistan, Sénégal, Laos et Pérou on se retrouve ici pour le 7ème épisode du Journal de Confinement de SoGuide avec Alouette, guide à Bali, pour nous, elle raconte la situation dans son pays.

Bonjour Alouette, comment allez-vous?

Ça va, je suis chez moi à Denpasar, je me confine même si le confinement n’est pas obligatoire ici. En Indonésie et encore plus à Bali, il y a un grand mélange de cultures et c’est très difficile de demander aux gens de rester chez eux avec toutes les cérémonies qu’il y a en ce moment avec notamment Ramadan pour les musulmans. Je ne travaille plus depuis le 19 mars où mon dernier voyageur français a été rapatrié en urgence par l’ambassade française. 

Quelle est la situation aujourd’hui à Bali ?

L’Indonésie est vraiment touchée par le virus que depuis quelques semaines. En février on avait fermé notre frontière avec la Chine et il y avait très peu de cas mais petit à petit avec le rapatriement des Indonésiens vivant à l’étranger, le virus est arrivé. Il y a pas mal de cas provenant d’Indonésiens travaillant sur des bateaux de croisières internationales. Aujourd’hui (mardi 28 Avril) il y a environ 9000 cas et près de 800 décès mais dernièrement ce chiffre augmente vite donc c’est pas bon signe. En fait notre activité touristique s’est arrêtée tôt parce que certains pays étaient touchés et maintenant c’est à notre tour donc ça va être une très longue période sans tourisme à Bali. C’est très compliqué. Le gouvernement essaye d’aider la population, la principale mesure mise en place c’est le report des mensualités des crédits. La plupart des gens vivent à crédit donc c’était très important comme mesure. Le gouvernement essaye aussi de donner de la nourriture aux plus démunis mais il n’y a pas de vraies aides sociales comme en France. Heureusement, il y a énormément d’entraide qui se met en place dans la population avec notamment des dons de nourriture.

Comment est vécu cette situation par la population ?

Le confinement n’est pas obligatoire, c’est à la discrétion de chacun de se protéger. Par contre l’activité économique est au ralenti donc par la force des choses les gens restent chez eux. Les écoles et les plages sont fermées, les vols commerciaux sont eux suspendus jusqu’à début Juin. Il y a une assez forte diffusion des gestes barrière mais c’est très difficile pour nous de respecter ces règles car ça ne nous ressemble pas. Du coup c’est un peu stressant quand on sort faire les courses. Globalement pour tout le monde, ne plus avoir de ressources c’est très compliqué donc on espère vraiment que ça ne va pas trop durer.

Et pour votre activité de guide ?

À Bali, on vit essentiellement du tourisme donc la situation est grave. De nombreux hôtels sont à vendre et tout le monde essaye de trouver une autre activité. Moi de mon côté, je n’ai pas travaillé depuis plus d’un mois et c’est malheureux car le mois d’avril est le début de la haute saison. Tous mes voyages sont annulés jusqu’à début juillet et je pense que toute la saison sera finalement annulée. Je vais essayer de trouver un petit boulot en attendant et je vais surement retourner dans mon village auprès de ma famille. En tout cas, moi je trouve que la nature respire sans nous et c’est très bien, on lui fait des vacances! On est vraiment comme des oiseaux en cage et une Alouette ça n’aime pas rester en cage… Malgré tout j’espère que ça va pas durer trop longtemps, Bali a besoin de ses touristes!



Voici le 8ème épisode du Journal de Confinement de SoGuide avec Ernesto, l’un de nos guides à Cuba qui nous raconte la situation dans son pays.

Bonjour Ernesto, comment allez-vous ?

Ça va bien malgré la situation! Je reste à la maison avec ma femme qui fait du télétravail. Je m’occupe aussi de ma maman qui fait partie des populations sensibles, je luis fais ses course pour qu’elle n’ait pas à sortir. Je profite de ce temps pour faire les choses qu’on n’a jamais le temps de faire comme un peu de bricolage à la maison!

Quelle est la situation aujourd’hui à Cuba ?

Le premier cas à Cuba a été déclaré mi-mars et après 2 semaines avec très peu de cas déclarés, il y a eu une vraie accélération du nombre de personnes contaminées. Ce qui a obligé les autorités à fermer le pays progressivement: les frontières, les transports publics, les entreprises… Aujourd’hui (mercredi 29 Avril), il y a près de 1500 cas et 58 décès, mais le pic n’est pas encore passé donc on est plus à un durcissement des mesures en place qu’à une relâche comme on peut voir en Europe où le déconfinement se prépare. Globalement, je trouve que la situation est bien gérée par l’État, par exemple il a réquisitionné les étudiants en médecine pour aller plusieurs fois par semaine dans chaque foyer cubain prendre des nouvelles, expliquer la situation et potentiellement mettre en quarantaine les cas suspects. Enfin, tous les jours à 11h, il y a un compte rendu de la situation et de son évolution ce qui permet aux gens de se tenir au courant et d’avoir le comportement approprié.

Comment est vécu le confinement ?

Le confinement n’est pas obligatoire mais il est très vivement encouragé, tout comme le télétravail. Il y a une vraie surveillance dans la rue pour vérifier que la population porte bien un masque (on a pu les confectionner nous-même). Le gouvernement a mis en place un système de commandes en ligne des produits de première nécessité, il y a encore quelques bug mais globalement ça marche et ça évite aux gens de se déplacer! Surtout, ca permet aux cubains vivant à l’étranger de payer les courses de leurs familles vivant à Cuba donc c’est une très bonne chose. Il y a une vraie prise de conscience et les gens font attention, je pense que ça nous permet d’avoir un assez bon bilan de cette épidémie. Après bien sûr c’est difficile pour la population, pas mal d’entreprises privées ont dû fermer, notamment des agences de voyages, certains restaurants ne font plus qu’en livraison ou à emporter… Les entreprises s’adaptent quand elles le peuvent, par exemple il y a une compagnie de taxis qui aujourd’hui ne fait plus que de la livraison de courses. Bref, le monde s’organise!

Et pour votre activité de guide ?

Je n’ai pas eu de voyageurs depuis le 12 mars et tous mes voyages pour les prochains mois sont annulés. C’est difficile mais il y a pire que moi donc je ne peux pas me plaindre. Je profite de ce temps pour réfléchir à mes circuits, je cherche de nouvelles idées, de nouvelles expériences, par exemple j’aimerais trouver un moyen de pouvoir proposer davantage le Centre et le Sud-Est du pays qui sont des zones superbes et encore peu touristiques donc très authentiques. Je pense que c’est une période propice à la remise en question, une période où on peut se réinventer donc profitons en !



Arthur Dupont
Écrit par Arthur Dupont 30 avril 2020
Partager cet article
Large Spinner